CPA - Jeunes

 Coalition Populaire pour l’Alternative - Jeunes

Point de presse sur l’échec de la politique de jeunesse du régime libéral

 

Déclaration liminaire

 

Dakar, le 29 mai 2006

Mesdames, Messieurs,  

Nous voudrons, au nom de nos camarades jeunes de la CPA,  vous souhaiter la bienvenue et vous remercier d’avoir eu l’amabilité de répondre présents à notre invitation, pour la tenue de ce point de presse aujourd’hui, ici même dans la permanence du parti socialiste.  

Nous allons nous intéresser lors  de notre rencontre interactive d’aujourd’hui à l’échec de la politique de la jeunesse du gouvernement  libéral dont l’illustration parfaite est le phénomène d’émigration clandestine qui a pris une tournure préoccupante depuis quelques semaines.  

En effet, six années après l’alternance démocratique du 19 mars 2000 , la majorité de la jeunesse sénégalaise est habilitée par un sentiment de désespoir. Faute de trouver le premier emploi promis par le candidat à la présidentielle Me Abdoulaye WADE, des centaines de jeunes ont choisi d’émigrer vers l’Europe, en Espagne plus précisément. Pour atteindre leur objectif, ils empruntent la voie maritime avec des pirogues artisanales avec les risques que ça comporte. Si certains d’entre eux parviennent à rallier miraculeusement les côtes des Ils canaries, beaucoup d’entre eux trouvent la mort ou sont jetés en prison après être interceptés par la marine ou la gendarmerie sénégalaises ou les gardes côtes espagnoles.  

Il est juste d’abord, de rappeler  qu’environ 100 000 jeunes de moins de 30 ans s’ajoutent chaque année à la population active alors et qu’environ 60 % de la population sénégalaise ont moins de 35 ans.  

Devant la montée du dur fléau que constitue le chômage des jeunes avec ses conséquences sociales dangereuses, l’initiative qui a été prise par le premier gouvernement de l’alternance,  d’augmenter le niveau de ce Fonds National de Promotion de Jeunesse (FNPJ) de 10 Millions à  1 Milliard pour l’exercice 2000 et de le doubler en 2001, avait été saluée à sa juste valeur.  

Mais faute de vision claire et de stratégies appropriées pour faire jouer à cet outil, son véritable rôle de facilitateur de l’insertion professionnelle des jeunes, nous constatons une gestion nébuleuse dans le fonctionnement de cette structure et une répartition partisane dans l’octroi de ses financements.  

En effet, ce fonds n’a jusqu’à présent servi qu’à entretenir une clientèle politique jeune, cupide et surtout  à gérer des transhumants politiques jeunes en leur donnant leur part du «gâteau». Les rares financements de projets jusque là, effectués, ont bénéficié à des militants du Parti Démocratique Sénégalais, sans qu’aucune étude sérieuse ne soit menée sur leur rentabilité et que des mesures pour sécuriser les crédits, soient prises en cas de défaillance des futurs débiteurs au moment où l’impunité s’est érigée en règle dans notre pays.               

La guéguerre entre l’administrateur de ce fonds et sa tutelle, le ministre de la jeunesse pour des problèmes de positionnement politique et de souffrance de visibilité, montre si besoin en était la politisation de cette structure. Cela confirme, sans conteste toute la légèreté et l’amateurisme de ces hommes et des femmes qui nous gouvernent et dont les choix du prince Me Abdoulaye WADE, ne sont basés que le clientélisme, le népotisme,….  

L’attitude irresponsable de ses jeunes dont le seul mérite est de chanter les louages du monarque WADE est une preuve manifeste que ces individus ne mesurent aucunement l’esprit  républicain qui devrait animer tout manager de structure publique.  

Rappelons que la jeunesse constitue la force du présent et d’avenir, en plus elle est un facteur de transformation de société et de fonctionnement des institutions. Elle constitue aussi, un levier important du développement lorsque les programmes et leurs contenus sont adaptés aux différentes attentes de cette frange de la population.  

La définition d’une politique de jeunesse englobant un système éducatif moderne du préscolaire jusqu’au supérieur, une adéquation formation emploi pour une meilleure insertion des jeunes, l’accès aux soins de santé primaires, l’accès équitable aux sources de financements des petits projets, devrait être une priorité pour tout gouvernement responsable.  

C’est pourquoi, nous jeunes de la, conscients du fait que notre coalition est la seule alternative crédible pour sauver ce pays et jeunesse, proposons l’organisation assises nationales de la jeunesse sénégalaises les 1er et 2 juillet 2006 .  

Ce événement qui regroupera les jeunes toutes les formations de notre coalition et des experts dans différents domaines qui préoccupent la jeunesse, permettra d’une part de faire un diagnostic sans complaisance des maux dont souffre  la jeunesse sénégalaise, et d’autre part de faire des propositions qui contribueront sans nul doute à enrichir le programme commun de gouvernement que la CPA entend mettre en œuvre si les sénégalais nous font confiance.  

Nous vous remercions pour votre aimable attention, et nous tenons à présent à votre disposition pour répondre à vos questions.  

 

Fait à Dakar le 29 mai 2006