CPA

 Coalition Populaire pour l’Alternative 

DÉCLARATION DES FEMMES DE LA CPA 
SUR LA SITUATION NATIONALE

 

Les femmes de la CPA se sont réunies le mardi 25 avril 2006, à 16 h, à la Maison du Parti Socialiste pour examiner la situation politique, économique et sociale du pays.

Après de riches débats et considérant :  

1.    Les problèmes relevés dans le déroulement du processus électoral tels que :  

§       Le couplage des élections et le non respect du calendrier électoral.

§       Les difficultés rencontrées par la CENA par rapport aux tâches qui lui sont dévolues.

§       Le sabotage des inscriptions surtout dans les zones rurales.

§       Les louvoiements du pouvoir par rapport aux inscriptions sur les listes électorales.

§       La distribution anarchique des cartes d’identité et d’électeurs.

§       Les fraudes commises lors des audiences foraines en vue des inscriptions sur les listes électorales (possibilités d’inscriptions multiples de militants du PDS ainsi que de nombreux étrangers vivant au Sénégal).  

2.    La situation nationale  

§       L’instrumentalisation des Institutions de la République notamment  la DIC devenue une police politique (DIP : Division des Investigations Politiques).

§       La substitution des Ministères aux structures du PDS. Ex. : notre Premier Ministre qui, au lieu de se pencher sérieusement sur les dossiers brûlants de l’état, passe tout son temps, accompagné de ses ministres, à s’occuper de renouvellements des structures du PDS avec les moyens de l’état.

§       L’accaparement de notre Télévision Nationale devenue un instrument de propagande et de campagne permanente du PDS.

§       Le réchauffement du climat social marqué par des interpellations et arrestations de leaders politiques pour délit d’opinion.

§       Le bâillonnement des libertés individuelles et d’expression (interpellations de journalistes).

§       Le sabordage de l’économie nationale à travers des sociétés industrielles jadis prospères : les ICS, la SENELEC , la SONACOS , la SAR , la SOCAS , etc.

§       La détresse du monde rural où la famine s’est déjà installée.

§       La paupérisation de la majorité des familles par une augmentation anarchique des prix des denrées de première nécessité.

§       Les tentatives très dangereuses de division des confréries et des communautés religieuses (problèmes que le Sénégal n’a jamais connus).

§       Les multiples grèves des travailleurs de nombreux secteurs, des étudiants et élèves.                 

Face à cette situation dramatique qui risque de mener le pays à la dérive et au chaos, les femmes de la CPA interpellent le Président de la République pour le mettre face à ses responsabilités ; Président de tous les sénégalais à qui revient l’obligation d’installer un État de droit, de répondre efficacement à la demande sociale et de veiller au renforcement de la démocratie.  

En conséquence, les femmes de la CPA appellent tous les patriotes de ce pays à la mobilisation et à la vigilance pour barrer la route à l’arbitraire et sauver le Sénégal en danger, en participant de manière active au plan d’actions qu’elles entendent dérouler à partir du vendredi 05 mai 2006 si aucune action concrète n’est prise d’ici là.

                                                            

                                                                                      Dakar le 25 avril 2006