DECLARATION DE LA COALITION ALTERNATIVE 2007
DU 22 NOVEMBRE 2007


 

La Conférence des chefs de parti de la Coalition Alternative 2007 (CA 2007) s'est réunie ce jour jeudi 22 Novembre 2007, sous la présidence de son Président, Moustapha Niasse, Secrétaire général de l'Alliance des Forces de Progrès (AFP). Elle a examiné, entre autres points de son ordre du jour, la question des violences survenues à Dakar, le mercredi 21 Novembre 2007, qui fait suite à la décision de M. Abdoulaye Wade de faire déguerpir les marchands ambulants et autres commerçants, l'augmentation du coût de la vie, la répression de la marche des syndicats et les nouvelles initiatives du pouvoir tendant à faire modifier la Constitution à des fins politiciennes.

Il est établi que c'est M. Abdoulaye Wade lui-même qui, à l'issue d'un Conseil présidentiel, a annoncé les mesures de déguerpissement.

Sur les déguerpissements et les violences qu'ils ont provoquées, les leaders de la CA 2007 condamnent la méthode de la charrue avant les bœufs qui a consisté à faire déguerpir les marchands et leurs commerces avant d'avoir réglé le problème des surfaces de rechange pour le commerce installé et celui des ambulants. Ils insistent sur l'exigence pour l'Etat de dépenser mieux, en faisant cesser les gaspillages inconsidérés des deniers publics, au profit d'un crédit pour l'emploi des jeunes susceptible d'éradiquer à terme l'exode rural et l'émigration clandestine. Pour mettre fin à cette situation, il faut un programme d'urgence pour plus de travail des jeunes dans les villes et dans le monde rural.

Concernant le coût de la vie, la CA 2007 exige des actes concrets après les déclarations à effet d'annonce, appuyées de beaucoup de spectacle, et tendant à faire croire à la volonté de régler le problème. La solution passe par des discussions sérieuses avec les représentants des travailleurs. Les abus dans les taxes, le train de vie de l'Etat, la taille énorme du gouvernement, les institutions inutiles (Sénat, agences faisant doublon avec des services existants de ministères) sont des domaines de cure d'amaigrissement de l'Etat pour réduire, rapidement, les souffrances des populations.

S'agissant du respect des institutions de la République, M. Abdoulaye Wade doit se convaincre qu'il ne lui appartient pas de régler sa succession et que le tenter par un jeu de dupe cousu de fil blanc ne peut amener qu'à des désordres graves aux conséquences imprévisibles. Une réforme de la Constitution doit faire réaliser au pays un pas qualitatif supérieur dans la construction de la démocratie. A défaut de ces directions, elle est inadmissible. Il est temps qu'Abdoulaye Wade s'occupe des urgences des Sénégalais et mette un terme à ses provocations répétées et à la politique de manipulation de l'opinion publique.

La Ca 2007 exprime son soutien solidaire aux marchands et aux travailleurs syndiqués, ainsi qu'aux populations, pour leur résistance aux actes d'incompétence et à l'arbitraire. Elle appelle à un dialogue efficace pour des décisions acceptables pour tous. Il est évident que l'interdiction de cette marche, préalablement autorisée, est consécutive à la constatation de ce que cette marche commençait à drainer des dizaines et des dizaines de milliers de Sénégalais.

La CA 2007 considère que la situation du Sénégal est présentement grave et qu'en conséquence des mécanismes et des comportements susceptibles de favoriser le dialogue et la concertation sont indispensables pour sortir le pays de la crise et préserver la paix civile.


Dakar, le 22 novembre 2007
La Conférence des chefs de parti de la CA 2007