APRES LA DISSOLUTION DES CONSEILS MUNICIPAUX

LE COUP D'ETAT PERMANENT

 

La dernière mesure de Me Abdoulaye WADE frise la provocation dans un contexte de grave crise socio - économique et politique du Sénégal. En effet, ce dernier acte montre les limites d'un pouvoir paniqué sous les coups de boutoir du peuple sénégalais. Après la révolte des commerçants ambulants qui s'est vite transformée en émeute, les grèves multiformes des syndicalistes et la colère grandissante et incompressible des millions de sénégalais pressurisés par un pouvoir boulimique et gabégique, voilà que Maître Abdoulaye WADE, dans une fuite en avant comme il en a l'habitude, s'offre une sorte de diversion alors que les problèmes sont là et qu'il ne peut offrir aucune solution. Car, Abdoulaye WADE a érigé l'informel en politique. Pour appliquer cette dernière, voilà qu'il met en avant comme à son habitude la ruse, le cynisme et les coups de force.

En fait, Maître Abdoulaye WADE faisant fi de tous les textes constitutionnels mène sa barque à sa manière. Il maîtrise un parti, le PDS, comme son propre patrimoine. Et tout le monde sait, comme ses thuriféraires et complices l'affirment, que c'est lui l'unique, la seule constance de son parti. Il établit son comité directeur et DEUS EX MACHINA, il dresse la liste des députables, des conseillers municipaux et nomme 65 membres de ce " machin " inutile et juste bon à caser thuriféraires, laudateurs et autres flagorneurs qu'est le soit disant SENAT.

Et pendant ce temps le peuple lui, souffre dans sa chair la plus vive. Entre les jeunes désespérés prêts à affronter les périls de l'exil, les chômeurs qui se comptent par millions, les étudiants qui manifestent dans les universités dévitalisées, les millions de " goor goorlu " dans une recherche désespérée de la dépense quotidienne " D Q ". Entre tout ce monde souffrant et la nouvelle nomenclature qui ces dernières années a pris d'assaut les postes bureaucratiques des privilégiés et de prébendes, le choix est on ne peut plus évident.

Car personne ne peut plus nier qu'il y a de plus en plus une conjonction naturelle entre les forces d'opposition coalisées dans le Front Siggil Sénégal et le peuple sénégalais éprouvé dans sa chair vive par la mal gouvernance libérale. Les succès populaires des dernières marches du Front Siggil Sénégal dans Dakar, Kaolack et Diourbel témoignent encore une fois de la justesse de la lutte politique du Front Siggil Sénégal.

Le Front Siggil Sénégal en préparant ces véritables Etats Généraux du peuple debout que sont les assises nationales inclusives avec la société civile, instances démocratiques et populaires qui seront présidées par une personnalité dont nul ne peut douter et de son patriotisme, de son expérience pour ne pas dire sagesse, de sa compétence et de son intégrité, Ahmadou Makhtar MBOW pour ne pas le nommer, le Front Siggil Sénégal donc est aux avants - postes des préoccupations du peuple sénégalais.

Ce faisant, il se fait l'interprète des millions de sénégalais qui, chaque jour, expriment leur colère, leur anxiété devant Abdoulaye WADE et son pouvoir minoritaire. Devant ces vagues irrépressibles de la colère populaire, des assauts des forces d'opposition et des syndicats, voilà que le chef d'un régime minoritaire et impopulaire procède, comme à son habitude, au coup d'Etat permanent. Comme le disait Me Ousmane NGOM qui sait de quoi il parle : "Me WADE se déclare démocrate en parole mais se comporte en monarque !".

Décevant Me Abdoulaye WADE qui, non content d'avoir trahi les immenses espérances du peuple sénégalais en l'Alternance, s'achemine tout droit vers les arcanes d'une dictature rampante qui n'ose pas dire son nom : votes intempestifs de lois scélérates (loi EZZAN et loi Aminata TALL) avec une assemblée nationale illégitime élue par moins de 10% du corps électoral, répression féroce et interdiction des marches pacifiques pourtant prévues par la constitution, utilisation propagandiste des médiats des services publics dans une conception publicitaire, brejnévienne et propagandiste à l'ère de la communication.

Mais malgré cette dérive dictatoriale, Me WADE devra bien se rendre compte du caractère automnal de son régime.

Malgré les tentatives de monarchisation de notre régime républicain, avec la mise sur orbite de " la génération du CANCER ", en dépit du fait que les principaux animateurs ont échoué avec le bide de la Conférence Islamique, le peuple sénégalais avec le Front Siggil Sénégal et par la tenue des " Assises Nationales " a pris la mesure des dangers qui le menacent dans sa quête du progrès, du bonheur, de la liberté et de la justice sociale.

Ce ne sont pas par des ukases, pris dans le secret des cabinets par un homme isolé et impopulaire, que l'on arrêtera la marche de l'histoire du Sénégal. Et cela en dépit du Coup d'Etat permanent du président WADE.

 

Dr Malick DIOP
Point E Dakar
Email: drmalickdiop@hotmail.com