DECLARATION DE LA COORDINATION
REGIONALE DE L'AFP DE DAKAR

12 décembre  2002


" Un homme qui veut être parfaitement honnête au milieu de gens malhonnêtes ne peut manquer de périr tôt ou tard " disait Machiavel.

Le Prince et ses Ministres qui gouvernent notre pays semblent faire de cette maxime un des fondements de leur méthode de gestion des affaires de l'Etat. Leur volonté d'anéantir la vertu se manifeste dans tous leurs actes.

Les audits qui auraient dû conduire à instaurer la bonne gouvernance sont utilisés à des fins politiciennes pour acheter des consciences ou garder en prison des citoyens qui, faute d'un jugement diligent, auraient dû bénéficier d'une présomption d'innocence.

L'acharnement implacable et récurrent sur le leader de l'Alliance des Forces de Progrès, M. Moustapha Niasse depuis son départ du premier gouvernement de l'alternance ne peut trouver sa justification que dans la volonté de nuire un homme d'Etat dont l'intégrité et l'honnêteté sont reconnues et attestées.

Hier, précisément le 3 décembre 2001, c'était l'affaire des 6 milliards de la SONACOS qui conduisait injustement notre leader devant une commission de l'Assemblée nationale instrumentalisée par le pouvoir de Wade.

Aujourd'hui, un an après, c'est devant la DIC qu'il s'est présenté pour une affaire conduite à travers une cabale hautement politicienne.

Pourquoi donc cet acharnement contre cet homme qui a été l'un des principaux artisans de l'alternance pour avoir été élu Premier Ministre en même temps que le Prince qui nous gouverne ?

Que ceux qui veulent éliminer les honnêtes gens en utilisant la manipulation, l'intrigue, la désinformation par le biais de l'instrumentalisation des médias d'Etat, le manque de transparence se ravisent car les militants de l'AFP, derrière leur Secrétaire Général, les forces démocratiques et de progrès feront front avec le peuple qui souffre de mal-gouvernance, de pilotage à vue ayant conduit à des errements dont les conséquences sont visibles dans le monde rural, dans la situation économique et sociale de notre pays, le Sénégal de l'alternance dévoyée.

Que ceux qui brandissent l'affairisme en bandoulière, qui se proclament chantre de l'Informel en mettant en place un système caractérisé par un pouvoir personnel, qui n'hésitent pas à user de la violence et de l'intimidation en piétinant le principe sacro-saint de la séparation des pouvoirs arrêtent de distraire le peuple et se mettent au travail pour trouver des solutions aux difficultés avec lesquelles les populations rurales sont confrontées.

Trois années de RECREATION cela suffit !