RESOLUTION DU COMITE DIRECTEUR  DE L'AFP

Session du dimanche 10 février 2013

Hôtel Ngor-Diarama

 

RESOLUTION

 

Le Comité Directeur de l’Alliance des Forces de Progrés s’est réuni en session ordinaire le dimanche 10 février 2013 à l’Hôtel Ngor-Diarama, à Dakar, sous la présidence du camarade  Secrétaire Général, Monsieur Moustapha Niasse.

Le Comité Directeur a enregistré avec satisfaction la forte mobilisation de ses membres venus de l’ensemble des régions du Sénégal mais aussi de l’Extérieur, ainsi que des Mouvements de jeunes, de femmes, des cadres et de l’Alliance Nationale des Handicapés  pour le Progrès témoignant ainsi de la vitalité de l’AFP en tant que force politique majeure du Sénégal.

Le Comité Directeur se félicite de la haute qualité du discours introductif du Secrétaire Général et des différentes communications, ainsi que de la haute portée des interventions des différents camarades lors du débat large, ouvert et démocratique qui a marqué ses travaux.

Le Comité Directeur félicite le Secrétaire Général, Monsieur Moustapha Niasse et le Bureau politique pour avoir pris l’initiative de convoquer ses travaux à un moment crucial  de l’histoire de notre pays, où les décisions prises conditionnent le présent et l’avenir de toute la Nation.

Le Comité Directeur renouvelle, debout, sa confiance au Secrétaire Général de l’AFP, Monsieur Moustapha Niasse, pour son patriotisme, son courage, son désintéressement, son sens de l’Etat et son engagement au service de notre pays.

Le Comité Directeur adresse ses vives félicitations au Comité préparatoire, présidé par Madame Mata Sy Diallo, Présidente du MOUNFEP, ainsi qu’à tous les Présidents, Vice-présidents et rapporteurs des Commissions techniques.

La session actuelle du Comité Directeur se tient presque douze mois après la brillante victoire de la Coalition Bennoo Bokk Yaakaar qui a consacré l’élection de Monsieur Macky Sall, Président de la République du Sénégal. Le Comité Directeur félicite le Président Macky Sall et engage tous les militants et responsables de l’AFP à se mobiliser, à mobiliser toutes leurs énergies et toutes leurs intelligences pour la réussite pleine et entière du Président Macky Sall, au bénéfice du Sénégal, des Sénégalaises et des Sénégalais.

Les élections législatives de    2012 ont été marquées par le brillant succés de la Coalition Bennoo Bokk Yaakaar qui a abouti à l’élection du Camarade Secrétaire Général,  Monsieur Moustapha Niasse, comme Président de l’Assemblée nationale. Le Comité Directeur adresse ses vives félicitations au Président Moustapha Niasse, et enregistre avec satisfaction qu’il a mis ses qualités d’homme politique engagé, d’homme d’Etat expérimenté et de diplomate chevronné au service d’un fonctionnement harmonieux de la représentation nationale, dont la diversité de la composition traduit la vitalité de notre démocratie.

Le Comité Directeur réaffirme avec force l’appartenance de l’AFP à la Coalition Bennoo Siggil Senegaal et, aussi, à la grande Coalition Bennoo Bokk Yaakaar dont Bennoo Siggil Senegaal est une des composantes essentielles.

Le Comité Directeur engage le Secrétaire Général, Monsieur Moustapha Niasse, le Bureau politique et l’ensemble de ses militants et responsables à tous les niveaux et dans toutes les localités, au Gouvernement et à l’Assemblée nationale, dans l’Administration comme dans le secteur privé, dans la conduite partagée et dans les limites qu’indique un partenariat voulu, rationnel et solidaire, à poursuivre le partenariat engagé dans ces deux grandes Alliances, en mettant toujours en avant la prééminence des principes de loyauté, de concertation, de solidarité et de recherche de l’efficacité dans la poursuite des objectifs de progrés et de mieux-être du peuple sénégalais.

Pour que l’AFP, dans ce contexte, continue de jouer le rôle d’une formation politique responsable, vivante, respectable et respectée, veillant, chaque jour, à ce que notre pays avance vers le progrès, dans la paix et dans l’unité, le Comité Directeur engage tous les militants et responsables de tous les niveaux et dans toutes les localités à prendre les dispositions pour le fonctionnement régulier des organes, l’animation et la programmation des activités, en vue d’élargir les bases du Parti et de le massifier, en favorisant l’arrivée de nouveaux militantes et de militants, en particulier parmi la jeunesse de notre pays. C’est à ce prix que l’AFP occupera la place qui lui revient, lors des prochaines élections locales de 2014.

Le Comité Directeur a enregistré avec satisfaction les mesures et directions d’actions prises par le Gouvernement mis en place par le Président Macky Sall, en vue de juguler les conséquences des dérives du défunt régime.

Les premières mesures du Gouvernement, prises en urgence,  ont porté sur :

-           la baisse des prix des denrées de première nécessité ;

-           la distribution de vivres de soudure et d’aliments de bétail ;

-           et la subvention des intrants agricoles.

Comme vous le savez, notre parti, l’AFP, à travers le Ministère du Commerce qui lui est confié, s’est trouvé au cœur de ces mesures particulièrement salutaires pour notre pays et ses citoyens. Les efforts consentis dans ces domaines sont encore maintenus.

En urgence également le gouvernement, grâce à la concertation, a sauvé le système éducatif de la menace de l’année blanche.

Dans ce domaine de l’éducation, une innovation majeure introduite par le Gouvernement, est la priorité désormais accordée à la formation technique et professionnelle ainsi qu’au développement de l’enseignement des sciences et de la technologie, à tous les niveaux des différents ordres d’enseignement. L’enseignement technique et professionnel va désormais s’installer dans le supérieur et surtout, il va se décentraliser à travers la création des Instituts Supérieurs d’Enseignement Professionnel (ISEP), dont le premier a été créé à Thiès. 

La création de l’Université du Sine-Saloum dont le Recteur a été nommé, s’inscrit dans cette logique de diversification et de décentralisation de l’offre d’enseignement et de formation.

Mais une innovation majeure sera constituée par la prise en compte dans le système formel d’éducation et de formation, de ce qui, jusqu’à présent, était considéré comme informel et constitué par les daaras, les écoles franco-arabes et autres structures d’apprentissage.

Une innovation majeure dans le domaine social est constituée par la création d’un mécanisme de soutien aux familles les plus défavorisées auxquelles seront octroyées des Bourses de Sécurité Familiale.

La solidarité qui caractérise la Société sénégalaise sera exprimée dans une version moderne à travers la création de la Caisse Autonome de Protection Sociale Universelle (CAPSU), dont la mise en place interviendra dès 2013, pour financer les Bourses de Sécurité Familiale et la Couverture Maladie Universelle.

Dans le domaine économique, il nous faut noter les deux innovations majeures que sont le FONGIP et le FONSIS dont il a été question un peu plus haut. Avec ces Fonds, les énergies entrepreneuriales du secteur privé national, de la jeunesse et des femmes devraient, assurément, lever l’obstacle de l’accès à des financements appropriés.

Le nouveau régime obéit à cette logique, à travers le contenu de la Déclaration de Politique Générale du Premier Ministre Abdoul Mbaye, La Stratégie Nationale de Développement Economique et sociale, les Lettres de Politiques Sectorielles, les différents Plans, Programmes et Projets ainsi que les Budgets des Ministères.

Les différents contenus de tous ces instruments de planification de l’action gouvernementale permettent de garder espoir en l’avenir.

Le Comité Directeur de l’AFP encourage le Président Macky Sall et son gouvernement à poursuivre dans cette voie et à toujours approfondir et élargir l’action grâce au dialogue et à la concertation avec tous les secteurs de la Nation, pour que les immenses espoirs du peuple Sénégalais soient satisfaits dans le sens indiqué par l’allocution d’introduction du Secrétaire Général, Monsieur Moustapha Niasse :

 1. Rendre la filière agricole aux vaillants paysans sénégalais :

  • assurer la reconstitution et l’accessibilité du capital semencier et en agissant pour la baisse du coût des intrants agricoles, la protection phytosanitaire des exploitations, d’une part, et en garantissant un prix rémunérateur au producteur ;
  • assurer l’accès à un matériel agricole adapté pour une agriculture moderne ;
  • garantir l’achat, au comptant et contrôlé, des récoltes (arachides et céréales) pour protéger le paysan contre les usuriers et les spéculateurs ;
  • développer les cultures maraîchères dans la Zone des Niayes et de la riziculture dans la Vallée du Fleuve Sénégal et dans la partie sud du pays ;
  • impulser un élevage moderne intégré avec, entre autres, la stabulation et la protection sanitaire du bétail, la subvention pour l’accès facile à l’aliment de bétail, et en luttant parallèlement contre les vols de bétail ;
  • faire de la pêche un des moteurs de l’économie, notamment par la  protection des ressources halieutiques à travers des repos biologiques maîtrisés et planifiés, la transparence dans les accords de pêche, renforcement de la protection et de la sécurité des pêcheurs sénégalais.

2. Assurer un développement industriel en s’appuyant sur la  transformation des produits agricoles et l’exploitation judicieuse des ressources minières.

3. Restituer toute son indépendance à la Justice, et lui assurer les moyens de fonctionner sans entrave, respecter les Juges dans la plénitude de leurs compétences et protéger ce pouvoir important dans la consolidation de la démocratie et des libertés individuelles et collectives.

4. Renforcer le Conseil Economique, Social et environnemental pour rendre celui-ci plus utile sur les questions de développement, d’investissements productifs, de croissance et de gestion maîtrisée de la demande sociale en veillant a une application de la règle de non cumul pour permettre à chacun d’avoir la possibilité de servir la communauté nationale, avec ses compétences, ses capacités, son engagement citoyen, son savoir-faire.

5. Promouvoir une politique cohérente d’aménagement du territoire et de  décentralisation mettant l’accent sur un transfert concerté des compétences et des ressources nécessaires pour la mise en œuvre des programmes de développement local soucieux de la protection des sites en matière d’environnement. Participent de l’aménagement du territoire, le dossier des infrastructures, tout particulièrement, la réhabilitation du réseau ferroviaire.

6. Assurer une maîtrise durable des mécanismes qui régulent une bonne politique d’approvisionnement en hydrocarbures, en ce qui concerne la planification des stocks de sécurité et les prix des produits importés.

7. Un Programme spécial doit être mis en œuvre pour libérer la SENELEC des contraintes techniques et financières qui l’empêchent actuellement de remplir correctement ses missions. La SENELEC devra bénéficier de la plénitude de ses prérogatives, en ce qui concerne sa gestion, c’est-à-dire l’importation des hydrocarbures, l’acquisition, la maintenance et l’exploitation d’équipements modernes, dans des programmes coordonnés et transparents. Toutes ces mesures seront prises en relation avec l’Assemblée nationale, le patronat et les employeurs ainsi que les syndicats de travailleurs et les consommateurs.  

  1.  L’eau, ressource vitale et produit indispensable au développement, doit être gérée dans l’ambition légitime de fournir cette denrée, en qualité et en quantité suffisante, aux populations des villes et du monde rural. Il s’agit là d’un facteur de protection de la santé publique et d’augmentation des capacités de productivité des populations. Les cités religieuses doivent bénéficier de ces nouvelles politiques, pour leur permettre de faire face au grand rendez-vous.
  2. Une véritable diplomatie de développement doit être mise en œuvre, sur la base des principes intangibles de respect mutuel dans les relations internationales et  d’une conscience aigue et rigoureuse dans la préservation des intérêts des uns et des autres dans la conduite de l’économie de chaque pays.
  3.  Le Comité Directeur encourage le Président Macky Sall à poursuivre ses efforts pour le retour rapide de la paix dans la partie Sud du Sénégal.
  4.   Il convient de promouvoir la réhabilitation, la promotion et la diffusion des valeurs, notamment par l’instruction civique et le sport, et lutter contre les effets désastreux des contre-valeurs et de l’impunité à l’origine de la situation extrêmement difficile des deniers publics.
  5.   Le secteur de l’éducation et de la formation doit faire l’objet d’un traitement spécial, notamment par de profondes réformes aussi bien sur les options fondamentales liées à l’éthique dans un domaine aussi sensible et à l’utilité pratique que fournit la science pour faire avancer le peuple et l’économie dans la voie du progrès. Eu égard au caractère stratégique de l’Education, le Comité Directeur encourage le gouvernement à poursuivre ses efforts pour finaliser la gestion de la crise de ce secteur.
  6.   Entre autres mesures d’urgence, les chantiers à l’arrêt depuis plus de 10 ans des hôpitaux de Fatick, Kolda et Ziguinchor,  doivent être achevés dans les délais les plus courts et mis à la disposition des populations. Car l’objectif normal devrait être de doter chaque région d’un hôpital moderne pour traduire le concept d’hôpital de proximité à même d’accompagner la formidable mesure destinée à garantir une assurance maladie universelle et bien sûr en faveur des personnes du 3ème âge.
  7.   En relation directe avec les priorités de santé, le problème des inondations peut bien être résolu si la puissance publique y met l’intelligence, la générosité et la volonté pour éradiquer définitivement ce phénomène. Les actes posés indiquent qu’il ya une détermination à aller dans ce sens il faudra consolider les acquis.
  8.   Développer une politique de jeunesse qui prenne en compte les données sociologiques et les réalités économiques du monde moderne face aux effets cumulés de la mondialisation, par la création  de nouvelles niches d’emplois générées par les TIC, la pratique du sport et la promotion des loisirs.
  1.   La question genre, le statut et le rôle de la femme sénégalaise dans un Sénégal marchant vers le progrès, doivent être retenus comme des priorités qui méritent la plus grande attention et des moyens budgétaires plus conséquents dés lors que  la situation économique du pays le permet.
  2.  De même le Comité Directeur soutient le gouvernement et la justice sénégalaise dans leurs efforts de traque des biens mal acquis,  de répression et de prévention de l’enrichissement illicite et des détournements de deniers publics, pour la cristallisation définitive de la gouvernance vertueuse.

Abordant l’actualité internationale, le Comité Directeur considère que la  sous-région présente un tableau pollué par la récurrence des zones de turbulences liées à la corruption, au trafic international de stupéfiants et, tout récemment, à l’intolérance de soi-disant religieux qui portent indûment l’étendard de l’Islam, pour installer l’insécurité dans le Mali, en menaçant tous les pays du Sahel et de l’Ouest africain.

Le Comité Directeur salue la décision du Chef de l’Etat, le Président Macky Sall, d’envoyer un contingent sénégalais, pour faire face aux terroristes, aux côtés des forces armées maliennes, africaines et françaises. Il exprime au peuple du Mali sa solidarité fraternelle.

Enfin, le Comité Directeur engage tous les patriotes, tous les démocrates et tous les Sénégalais épris de paix et aspirant au progrès à soutenir le nouveau pouvoir dans sa volonté de répondre positivement aux attentes populaires, pour un Sénégal uni et en mouvement vers l’émergence.


Fait à Dakar, le 10 février 2013

Le Comité Directeur de l’Alliance des Forces de Progrès