JOURNEES D'ANALYSE ET DE PROSPECTIVE SUR LE SENEGAL
QUEL SERVICE PUBLIC POUR LE SENEGAL A L'HORIZON 2015?

 

Ngor Diarama, Dakar, 19 et 20 janvier 2008

 

RESOLUTION FINALE

 

  

L’Alliance nationale des Cadres pour le Progrès, en accord avec la Direction du Parti, a organisé les Samedi 19 et Dimanche 20 Janvier 2008 des Journées de Prospective et d’analyse portant sur le thème Central : Quel Service Public pour le Sénégal à l’horizon 2015.

« Il s’agit en fait,   à l’orée du 21ème siècle, d’ouvrir un débat sur un sujet qui intéresse la presque totalité des Etats du Continent Africain qui rencontrent des difficultés de toute sorte , dans leur évolution quotidienne comme dans l’accomplissement des phases successives de leur progression vers l’assumation d’un destin au milieu duquel la vie des populations, la conquête, la protection et le maintien de leur bien être, leur santé, leur sécurité , se trouvent porteurs d’interrogations multiples et de questionnements sans réponses » Moustapha Niasse, Discours introductif

Ces journées  se tiennent dans un contexte africain marqué globalement par :

·        La persistance de la pauvreté malgré l’horizon 2015 fixé par les Nations Unies pour la réduire  de moitié

·        La mal gouvernance pratiquée par bon nombre de dirigeants du Continent qui procèdent au gaspillage des ressources considérables par des dépenses inconsidérées,  appuyées par des programmes de détournements d’objectifs aux conséquences désastreuses pour la survie des populations

·        La divinisation du Chef par des courtisans substituant l’Intérêt particulier ou clanique à l’Intérêt Général

L’ANCP s’est appuyée, pour introduire ce débat prospectif, sur l’expertise d’éminents chercheurs Sénégalais et Africains qui ont introduit les sous thèmes ci après :

1.      Architecture Institutionnelle, organisation administrative et problématique de gouvernance publique au Sénégal par le Professeur Ababacar Guèye de l’UCAD

2.      Quel service public pour l’émergence économique au Sénégal par Mamadou Lamine Diallo, Consultant en management public

3.      Décentralisation et service public territorial, quelles perspectives pour le Sénégal vers une redéfinition de l’administration locale dans le cadre d’une nouvelle politique d’aménagement et de développement du territoire par Messieurs  Ibrahima Malamine Tandian, ancien gouverneur et Gorgui Alioune Diouf administrateur civil à la retraite

4.      Répertoire des critères et indicateurs de qualité du service public par le Docteur Aliou Samba Diallo

Auparavant nous avons eu droit à une présentation du thème : Bonne Gouvernance, quels enjeux pour les pays africains par le Professeur Babacar M’Bengue, professeur à l’Université de Reims, le Docteur Hamidou Baba Kane, Vice-président de l’Assemblée Nationale de la République Islamique de Mauritanie sur l’exemple mauritanien, avant un exposé riche et varié sur le thème central de la journée par Madame Penda N’Diaye Cissé consultante, membre de l’ANCP

Les travaux se sont déroulés sous la Présidence de Monsieur Moustapha Niasse, secrétaire général de l’Alliance des Forces de Progrès qui a servi un discours d’ouverture magistral sur l’état de l’Afrique et du Sénégal et ouvert de larges perspectives pour l’édification d’une Afrique émergente au profit de la jeunesse

Les thèmes débattus en atelier ont porté sur le diagnostic et sur les solutions idoines à mettre en œuvre

·        Thème N°I Architecture Institutionnelle, organisation administrative et problématique de gouvernance publique au Sénégal

Le problème se résume ainsi : » La problématique de la gouvernance publique pose essentiellement la question de la bonne gouvernance. En effet, les Sénégalais aspirent légitimement à une bonne gestion du service public, ce qui relève de la responsabilité des autorités étatiques et locales. Et les gouvernants devraient avoir pour ambition de gérer de manière efficace les affaires publiques.

Malheureusement, la gouvernance publique est marquée au Sénégal par une inefficience et un fonctionnement défectueux du service public et de multiples affaires économico financières. Les raisons sont à chercher tant dans l’environnement institutionnel que dans l’organisation administrative »l’auteur relève les principaux problèmes suivants

-Instabilité gouvernementale chronique

- l’impossibilité pour le Parlement de contrôler effectivement l’exécutif

- la boulimie institutionnelle

- Pour y remédier, le conférencier appelle à l’amélioration du  paysage institutionnel et de  l’organisation administrative en réfléchissant sur les paramètres cités plus haut

Thème II  Quel service public pour l’émergence économique au Sénégal

Le conférencier après un brillant exposé sur l’état du service public et les préalables à l’émergence économique tire la conclusion selon laquelle les conditions sont loin d’être réunies et dégage les perspectives suivantes entre autres :

1.       la nécessité de la création d’une unité de planification économique stratégique

2.       La restauration de l »’indépendance de la justice

3.       Le réarmement moral des élites et des populations

4.       La dépolitisation des entreprises publiques, des conseils d’administration notamment par la réforme des procédures des nominations

5.       La réforme des marchés publics (publication des délibérations)

6.       La création  de pôles régionaux de développement  avec une véritable fiscalité locale

7.       l’organisation transparente  et libre des élections

8.       la préservation de l’identité avec des valeurs et un réarmement moral et éthique 

Ces mesures bien que nécessaires, ne sont pas suffisantes pour assurer l’émergence économique du Sénégal

III Décentralisation et service public territorial, quelles perspectives pour le Sénégal vers une redéfinition de l’administration locale dans le cadre d’une nouvelle politique d’aménagement et de développement du territoire

La décentralisation au Sénégal a le mérite d’exister tant au niveau urbain qu’au niveau rural. Son efficacité bute cependant sur bien des obstacles dont les principaux sont :

1°) Défaut de moyens Financiers

-          aux difficultés de mobilisation des ressources fiscales

-          au blocage des ristournes

2°) La faiblesse des  Ressources Humaines

3°) L’incohérence dans les planifications (4°) Mauvaise gestion des terres du domaine nationale situées en zone de terroir et main mise de l’Etat sur l’ensemble du foncier

5°) La mauvaise gestion de l’état civil

6°) La persistance de la tutelle malgré les dispositions relatives au contrôle de légalité

7°) la Quasi absence de participation qui se manifeste par

8°) le défaut du système de contrôle

.En conclusion, la décentralisation territoriale au Sénégal est loin d’atteindre sa vitesse de croisière.

La solution réside dans une réelle volonté politique et un choix responsable des élus locaux qui doivent maîtriser leur rôle afin de le jouer pleinement

IV Répertoire  des critères et indicateurs de qualité du service public

Les principes suivants ont été déclinés par le conférencier après énumération des organismes nécessaires à la bonne marche du secteur public à savoir :

Les institutions représentatives des citoyens aux niveaux local et national

Les organismes de conception d’orientation des stratégies de longs et moyens termes des programmes

*les services de mise en œuvre des programmes

Le principe d’égalité

Le principe de continuité

Le principe d’adaptabilité (mutabilité)

Le principe d’accessibilité

Le principe de neutralité

Le principe de confiance et fiabilité

Tous ces principes  qui doivent être sous tendus par des valeurs comme l ethique ou le culte de la compétence technique  sont bien entendu loin d’être respectés dans le fonctionnement actuel du Service Public

A la lumière de ces brillants exposés, et sur la base des interventions riches et variées, l’Alliance Nationale des cadres pour le progrès (ANCP)

·        Considérant que le secteur public au Sénégal et en Afrique connaît de graves dysfonctionnements liés essentiellement à la mal gouvernance

·        Considérant que cette mal gouvernance découle principalement de l’application de politiques basées sur l’intérêt particulier ou clanique au profit exclusif des chefs divinisés  et de leurs familles en dehors de toute éthique

·        Considérant que ces politiques se font au détriment des populations en compromettant le développement des secteurs prioritaires comme l’Agriculture, la Santé, l’éducation et la sécurité

·        Considérant que ces politiques compromettent durablement les chances du Sénégal et de l’Afrique de bâtir au plan international des relations de partenariat basées sur l’égalité et les avantages mutuels au seul profit des populations

·        Considérant que le développement du Sénégal et  de l’Afrique   passe par la mobilisation des ressources humaines locales et particulièrement celles  de la Jeunesse  

-        Félicite les conférenciers du parti et de la Société Civile pour la qualité de  leurs interventions et les éclairages sur chacun des thèmes visités

-        Engage les intellectuels Sénégalais et Africains à poursuivre les études et la réflexion sur ces sujets d’intérêt général pour leur importance dans le processus de l’émergence de nos économies

-        Réaffirme avec force que le développement du Sénégal et de l’Afrique suppose la mobilisation des ressources endogènes  et demande aux dirigeants de nos pays de penser le développement à partir de leur exploitation  et du potentiel dont regorgent le Sénégal et l’Afrique en général de manière participative

-        Exhorte les partis politiques, la société civile, les populations à se battre contre toutes les politiques de détournement de deniers publics et de l’expression de la volonté populaire, phénomènes en voie de généralisation dans le  continent africain 

-        S’engage à continuer  dans le respect des valeurs républicaines et de l éthique la lutte au sein du parti et des coalitions en s’ouvrant à toutes les forces et tous les hommes et toutes les femmes partageant   le même idéal de lutte pour l’émergence d’une Afrique au service de l’intérêt général

 

Fait a Dakar le 20 Janvier 2008
Les journées d’Analyse et de Prospective de l’ANCP

 

  

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°