Communiqué du Bureau politique de l'AFP

Vendredi 10 janvier 2003

Le Bureau politique de l'AFP s'est réuni le Vendredi 10 janvier 2003 sous la présidence du Secrétaire Général du parti, M. Moustapha Niasse.

En tenant sa première réunion de l'année 2003, le Bureau politique de l'AFP a tenu à souhaiter à l'ensemble du peuple sénégalais une année de paix, de stabilité politique, de prospérité et de consolidation de l'unité nationale, avec un règlement négocié de la crise qui sévit dans la région Sud, la Casamance, depuis vingt années.

Analysant le contenu du message prononcé par le Chef de l'État, le 31 décembre au soir, le Bureau politique de l'AFP regrette que ce message ait été empreint d'accents polémiques, de nouvelles promesses au peuple sénégalais et, par dessus tout, de l'affirmation selon laquelle les Sénégalais sont le peuple le plus heureux du monde, dans un environnement sans difficultés et sans inquiétudes d'aucune sorte.

Evidemment, le peuple sénégalais, qui souffre chaque jour que Dieu fait, sait quelle est la vérité dans les problèmes qu'il endure, conforté dans sa foi en Dieu et par sa volonté de relever les défis pour de vrais changements au Sénégal.

Le Bureau politique de l'AFP a saisi l'occasion pour réaffirmer son soutien sans faille en faveur du monde paysan dont les récoltes arachidières font l'objet d'une gestion dominée par la force et hors du champ qu'offrent les libertés publiques et le droit des travailleurs de jouir, dans la paix et dans la justice, du fruit de leurs efforts. Dépourvus de semences, manquant totalement d'engrais et fertilisants de qualité et en quantité suffisante, sans aucune assistance alimentaire digne de ce nom, les paysans sénégalais ont bien le droit de vendre leurs récoltes d'arachide au meilleur prix et aux acheteurs légalement habilités à acheter leurs récoltes.

Revenant, encore une fois, sur la gestion de la tragédie du "Joola", le Bureau politique de l'AFP constate avec regret que depuis plus de trois mois, aucune mesure sérieuse n'a été proposée aux Sénégalais pour régler, de manière juste, la question de l'indemnisation des familles des victimes de ce naufrage.

En lieu et place de telles mesures, le pouvoir cherche des têtes à couper sur l'autel de la démagogie populiste. Mais le peule continuera d'exiger la justice et la transparence au bénéfice des paysans.

En réalité, il est indispensable, dans les circonstances actuelles, que la vérité et toute la vérité soient dites au peuple sur ce drame, par delà les tentatives de transfert de responsabilités, alors que ces responsabilités, chacun le sait, ont été situées par les circonstances mêmes de cette tragédie.

Enfin, le Bureau politique de l'AFP a rendu publique, ce jour, une déclaration indiquant, clairement, l'opposition du parti au projet de révision de l'Article 60 de la Constitution de la République, tendant à légaliser la transhumance politique et les manipulations qui la motivent, au sein de la Représentation parlementaire nationale. Cette tentative coupable est en contradiction fondamentale avec les engagements pris, en l'An 2000, par toutes les formations politiques membres du Front pour l'Alternance, y compris le Parti Démocratique Sénégalais, avec, à sa tête l'actuel Président de la République, Maître Abdoulaye Wade.

Au surplus, la tentation du pouvoir actuel de mettre le peuple sénégalais devant le fait accompli, en modifiant les principes démocratiques posés dans la Constitution, ne saurait, en aucun cas, être acceptée par le peuple souverain. L'AFP, avec tous les patriotes, est mobilisée pour faire face aux menaces de déstabilisation des équilibres politiques protégés par le droit et par la loi, de la part de quiconque.

Le Bureau politique a tenu à féliciter les responsables du parti, dans les onze régions du pays, pour les succès remportés à l'issue de la Journée d'Etudes qui a été consacrée, le mercredi 8 janvier 2003, à l'examen des thèmes et à l'organisation du 1er Congrès ordinaire de l'AFP, prévu début mars 2003, à Dakar. Il engage l'ensemble des instances du parti à continuer de s'atteler, avec méthode, aux travaux des Commissions spécialement chargées de préparer ces assises.

Enfin, le Bureau politique a adressé ses chaleureuses félicitations au Secrétaire Général de l'AFP, M. Moustapha Niasse, dont la mission, en qualité d'Envoyé Spécial du Secrétaire Général des Nations-Unies en RDC, a été prolongée pour une durée indéterminée, aux fins d'accompagner l'application des termes de l'Accord historique de Prétoria.

Le Bureau Politique de l'AFP
Fait à Dakar, le 10 janvier 2003