Communiqué du Bureau politique de l'AFP

Jeudi 24 octobre 2002


Le Bureau politique de l'A.F.P s'est réuni le jeudi 24 octobre 2002, sous la présidence du Coordonnateur National, M. Madieyna Diouf, en l'absence de M. Moustapha Niasse, en mission à l'étranger. Lors de cette séance, le Bureau Politique a examiné l'ordre du jour suivant :

-  Situation nationale
-  Vie du parti

Examinant la situation du monde rural, le Bureau politique de l'AFP a dénoncé l'exploitation des paysans par des prédateurs invétérés pour qui toutes les occasions sont bonnes pour spolier le monde paysan. Après l'affaire des 6 milliards, le scandale des bons impayés, voilà qu'à la faveur de la distribution des vivres de soudure, de hauts responsables tapis dans l'appareil d'État, par le biais de marchés de gré à gré abusifs, organisent leur enrichissement illicite météorique ainsi que celui de leur clientèle.

Partout où elle s'est installée, la corruption, à grande échelle, porte un coup de frein à l'investissement étranger, réduit à néant l'autorité morale de l'Etat, participe au délabrement des institutions et à leur substitution par des groupes organisés.

Ces comportements, qui sont aux antipodes de la bonne gouvernance et de la promotion des valeurs, sont une nouvelle expression douloureuse de la trahison des idéaux qui ont sous-tendu la victoire du 19 mars 2000.

Le Bureau politique de l'AFP déplore , en particulier, le fait que le Gouvernement mise sur l'oubli des Sénégalais et les limogeages tactiques, alors que le règne de l'impunité se poursuit. Dans de pareilles conditions, il devient insupportable que, suite aux conclusions du Conseil présidentiel consacré au monde rural, la décision de venir en aide aux paysans puisse servir de prétexte pour faire passer des marchés de gré à gré d'un montant d'une dizaine de milliards. L'AFP s'est toujours émue de l'opacité qui a entouré la distribution des vivres de soudure.

Le Bureau Politique de l'AFP lance donc un appel pour l'arrêt immédiat de cette dangereuse spirale. La lutte pour la transparence et l'État de droit interpelle tout le monde : les partis politiques, les syndicats de travailleurs, le patronat, la société civile et la presse.

Sous ce regard, le Bureau Politique de l'A.F.P estime que si l'appel à l'introspection intérieure et à l'examen de conscience du Chef de l'Etat doit avoir une portée historique salvatrice, c'est bien celle de la lutte contre la grande corruption, dont les auteurs sont démasqués, non pas par les services du gouvernement de Maître Wade, mais par la presse.

Le malaise paysan s'aggrave et la récession économique plane sur notre pays. Pour éviter l'année arachidière blanche en l'An 2003, le Bureau politique de l'AFP invite instamment le Gouvernement à mettre à la disposition des paysans un capital semencier minimum et des engrais. Les dérives engendrées par l'incompétence, l'insouciance, la gestion informelle et patrimoniale ébranlent dangereusement les fondements de l'économie nationale et secrète durablement les contre-valeurs qui brisent l'élan et la générosité populaires.

Sous ce rapport, le discours du Président de la République, prononcé après la tragédie du Joola, devrait être accompagné par l'exemplarité des actes que posent les tenants du pouvoir actuel. Il est donc inconcevable que, jusque dans l'entourage immédiat du Président de la République, des actes répréhensibles que la morale et la loi récusent, soient commis.

Dès le surlendemain du drame du Joola, lors de son point de presse, l'AFP, par la voix de son Secrétaire général, avait tenu à mettre en garde contre toute politisation de cette tragédie et déclarait qu'il fallait d'abord situer toutes les responsabilités.

Le Bureau politique de l'AFP tient à réaffirmer cependant qu'il faut écarter d'emblée la responsabilisation collective des Sénégalais comme mécanisme d'indemnisation des rescapés et des familles des victimes .

Le Bureau politique de l'AFP est opposé à tout règlement à l'amiable et exige que les mécanismes et procédures internationaux soient mise en œuvre pour toute indemnisation des rescapés et des familles des victimes après une juste et préalable évaluation des dommages subis.

Le Droit et la Loi doivent prévaloir.

Abordant le deuxième point de son ordre du jour, le Bureau politique de l'AFP a arrêté un ensemble de mesures pour renforcer les structures du parti, animer l'esprit conquérant et faire de l'AFP l'outil démocratique qui, à côté de l'opposition républicaine, assure, dans un esprit consensuel et démocratique, l'alternative à la fuite en avant.

Par ailleurs, le Bureau politique de l'AFP engage le Gouvernement à négocier, dans un souci d'équité et de responsabilité, avec tous les partenaires sociaux, notamment avec les travailleurs du secteur pétrolier, pour épargner à notre pays déjà rudement secoué, de nouvelles turbulences inopportunes.

Concernant le volet diplomatique, le Bureau politique de l'AFP adresse ses vives félicitations au Président Abdou Diouf, suite à son élection en qualité de Secrétaire Général de l'Organisation Internationale de la Francophonie. Le Bureau politique de l'AFP souhaite que la Francophonie, concomitamment à ses grands desseins politiques, poursuive sa mission au service des peuples notamment dans les volets stratégiques que constituent l'éducation, la culture et la justice.

En ce qui concerne la Côte d'Ivoire, le Bureau politique de l'AFP accueille avec satisfaction le cessez-le-feu obtenu par la médiation du Président Wade. Toutefois, il est souhaitable que le Président de la République harmonise ses initiatives avec celles de ses pairs, pour une plus grande efficacité dans la recherche de la paix dans ce pays frère.

 

Dakar, le 24 octobre  2002

Le Bureau Politique de l'AFP