Communiqué du Bureau politique de l'AFP

Jeudi 21 novembre 2002



Le Bureau Politique de l'AFP s'est réuni le jeudi 21 novembre 2002 sous la présidence du Coordonnateur National, M. Madieyna Diouf, en l'absence de M. Moustapha Niasse, Secrétaire général du parti, en mission à l'étranger. Lors de cette séance, le Bureau Politique a examiné l'ordre du jour suivant :

1. Situation nationale 2. Vie du parti

Le Bureau politique de l'AFP a invité le Gouvernement de Me Wade à mesurer la gravité de la situation du monde rural asphyxié par la baisse drastique de ses revenus monétaires et un déficit vivrier sans précédant. Le cheptel, qui avait déjà été rudement éprouvé par les pluies hors saison, connaît des difficultés aggravées par le gigantesque incendie du Ranch de Doly, aujourd'hui incapable d'assurer le relais habituel dans la transhumance du bétail. Même des présidents de conseils Régionaux appartenant au Part gouvernemental annoncent la famine qui plane sur le monde rural. Le Bureau politique de l'AFP engage le Président Wade à lancer d'urgence un appel à l'aide internationale pour faire face au désastre dont il est le premier responsable.

Parallèlement à ces maux, l'inflation galopante a perforé le panier de la ménagère, et a grevé le pouvoir d'achat déjà fort maigre des Sénégalais médusés devant le train de vie d'un Gouvernement insouciant, qui refuse de s'atteler aux tâches pour lesquelles le peuple du 19 mars s'était levé.

Le Bureau Politique de l'AFP exige du Gouvernement de Maître Wade l'examen diligent des dossiers qui sont sur le point de provoquer l'embrasement généralisé du front social. Le fonctionnement de notre système éducatif qui laissait déjà à désirer risque d'être bloqué durablement par le fait de la gestion populiste et informelle.

Hélas, la confection du Budget 2003 ne donne pas à penser que l'État-Pds soit décidé à prendre le taureau par les cornes. Non seulement le débat d'orientation n'a pas eu lieu mais l'examen du Budget sera escamoté, puisque quelque 22 jours lui seront consacrés au lieu des 45 requis. A peine 12 milliards sont prévus pour prétendument palier le déficit vivrier alors que les estimations atteignent 50 milliards. La dette intérieure est en train de se reconstruire dangereusement, menaçant ainsi la viabilité des entreprises et par conséquent les emplois. Toutes ces manœuvres démontrent que le Gouvernement de Maître Wade a délibérément choisi d'éviter un examen sérieux du budget en optant pour son adoption par une majorité mécanique arrogante. Pour sa part, l'AFP ne cautionnera pas cette nouvelle mascarade de mauvais goût.

Par ailleurs, le Bureau Politique note que l'obsolescence des infrastructures routières et le vieillissement du parc automobile constituent une cause aggravante dans la dégradation de la qualité de la vie dans Dakar et sa grande agglomération. Le manque de solutions alternatives au douloureux problème de transport de personnes et de biens compromet le développement de notre pays. En outre, la pollution provoquée par les gaz d'échappement est devenue un véritable problème de santé publique que le Gouvernement, à ce jour, n'a pas pris en charge.

Sur ce même registre de santé des populations, le Bureau Politique exhorte le gouvernement à prendre la mesure des risques graves de l'épidémie de fièvre jaune, qui sévit dans les régions périphériques et au centre du pays. Cette épidémie qui monte en puissance, étale ses tentacules un peu partout, alors que la tragédie du "Joola" hante encore nos esprits.

Le Bureau politique de l'AFP fustige la politique de l'oubli savamment organisée par le pouvoir pour extirper de la mémoire collective les responsabilités du Gouvernement de Maître Wade dans le naufrage du "Joola". Après avoir promis de remorquer l'épave du bateau et d'assurer au millier de morts une sépulture convenable, le Gouvernement opte pour la banalisation cynique et la politique de l'autruche.

Abordant le deuxième point de son ordre du jour, Le Bureau Politique s'est penché sur le prochain Congrès de l'AFP. Il s'agit de construire, de la base au sommet, dans la démocratie et la plus totale transparence, les organes politiques du parti.

A cet égard, le Bureau politique se propose de mettre à la disposition de l'ensemble du parti les documents de référence théoriques, pour faire de l'AFP un grand parti de la Gauche moderne, attractif, combatif et démocratique et de masse, qui déroule son programme alternatif de gouvernement d'union sur les valeurs fondamentales de la solidarité sociale. En tant que parti de l'Espoir et de l'Action, l'AFP compte, en outre, se donner les moyens de réaliser ce programme, en tenant surtout en compte, des conditions réelles et objectives du Sénégal du 21ème siècle, dans un monde, soumis, lui-même, à de profondes mutations.

S'agissant de la scène internationale, le Bureau Politique constate que le Président Wade, qui est pratiquement en transit dans son propre pays, n'engrange guère des résultats probants et durables. Le Bureau politique tient à rappeler au Gouvernement de Me Wade que notre diplomatie doit être en priorité au service des intérêts de notre pays. La sérénité, la discrétion et la courtoisie constituent d'autres éléments de base élémentaires qui doivent s'appliquer, notamment, à la crise ivoirienne. C'est à ce prix que le Sénégal pourra jouer le rôle qui lui est dévolu dans cette affaire sans faire de vagues.

 

Dakar, le 21 novembre  2002

Le Bureau Politique de l'AFP